OÙ EST-CE QUE T’AS TROUVÉ ÇA? (2E PARTIE)

Dans la première partie du blogue, je vous ai parlé de notre meuble classeur qui a été enfermé dans une cave pendant 20 ans. Dieu sait quels horreurs il a vus durant cet emprisonnement : des tables se faire scier les pattes, des sofas se faire vider les entrailles, des horloges se faire arracher les bras. Son passé tortueux l’en a fait le seul gardien possible de l’objet le plus maléfique de notre collection. Un objet si pernicieux qu’il m’était impossible de l’exposer de peur qu’il puisse hanter tous les gens qui s’en approchent : la petite fille sans nom.

FullSizeRender (6)

De par sa nature, cette photo me donne déjà la chaire de poule, mais lorsque notre Bertha bien aimée la voit, je sais que je suis en présence d’une force obscure … Toujours enjouée et enthousiaste, son humeur canine change immédiatement pour une attitude de soumission extrême. La queue entre les pattes, elle s’enfuit pour échapper au regard macabre de cette jeune fille. Je ne connais pas son histoire; peut-être est-ce mieux ainsi.

Sur une note plus enjouée, notre famille a récemment salué la venue de 2 nouveaux compagnons : Gustave et Odette!

FullSizeRender (7)

Ayant élus domicile dans notre comptoir à la boutique du Mile End, Gustave le furet et Odette la faisane sont les représentants fauniques de notre organisation. Fans de politique et de géographie, nous pouvons souvent entendre leurs discussions sur les changements climatiques et les responsabilités du gouvernement de protéger leur écosystème. Lorsque les canards s’en mêlent, c’est toute une cacophonie!

Finalement, notre beau drapeau américain.

FullSizeRender (8)

Fait d’un coton épais avec les étoiles brodés par un patriote passionné, je peux facilement m’imaginer ce drapeau mener la parade accueillant le retour de valeureux soldats de la seconde guerre mondiale, devant une foule admirative de citoyens et citoyennes. Nous avons plié ce drapeau en triangle tel que vu sur YouTube, et étions bien fiers de notre coup jusqu’à ce qu’un client, chef des pompiers de Montréal, un américain, a été foudroyé d’émotion à la vue de notre morceau. Le costaud gentilhomme nous a alors expliqué que le drapeau, plié de cette manière, est remis aux familles de soldats morts au combat. Et lui même l’a reçu quand il était un jeune garçon en mémoire de son père…

Finalement, on trouve que c’est plus beau plié en carré.

À la prochaine!

V.